PAYE TA SHNEK, DU SEXISME ORDINAIRE AU HARCELEMENT

A vrai dire, je n’avais vraiment pas prévu de publier cet article aujourd’hui. Je devais faire un look, comme je me l’étais promis d’essayer de faire chaque semaine. Mais je n’ai pas vraiment le coeur à parler fringues aujourd’hui. Pour remettre les choses dans leur contexte je vais vous raconter ce qui m’est arrivé hier.
J’étais avec une copine en plein aprèm et elle allait shooter une de mes tenues pour le blog. On va à une rue de chez moi à Paris et on commence à tranquillement faire mes photos. Pas de talons, de décolleté, juste une jupe rouge, rien de provoquant. Puis peu à peu, une voiture, deux voitures, trois voitures, quatre, cinq, six et j’en passe qui klaxonnent l’une après l’autre, leurs conducteurs qui sifflent et parlent à coup d’onomatopées animales « hé », « oh », « wahou », »oulala ».
Je suis assez sanguine et j’ai commencé à en avoir vraiment marre alors à la prochaine camionnette qui est passée en klaxonnant, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un fuck, ça ne sert à rien oui mais putain qu’est ce que ça fait du bien.
Et là, la camionette à commencer à s’arrêter quelques mètres plus loin puis est repartie et j’ai tout de suite sentie qu’il allait se passer un truc. Pas manqué, deux minutes après je vois la camionnette qui avait fait le tour pour repasser dans la rue, deux mecs qui sortent et qui commencent à me dire « Sale pute, tu te prends pour qui je vais te casser les dents, t’exploser ta gueule de michto, vieille salope ». Au début avec ma pote, on était figées et puis on a commencé à repartir vers chez moi parce qu’on commençait vraiment à flipper. En partant les insultes continuaient à pleuvoir « on va te retrouver et te refaire ta face, ouais c’est ça rentre chez toi salope », je vais m’arrêter là j’avoue ne pas avoir tout retenu. Donc on a du se retrouver cloitrées chez moi pendant que la camionnette continuait à faire des tours dans la rue pour nous retrouver. Au début, on en a rigolé et puis après je me suis rendue compte qu’en fait, non, ça ne me faisait pas rire du tout. J’ai donc décidé d’aller porter plainte parce que même si ce n’était sûrement que des paroles en l’air, j’avais vraiment peur qu’ils me cherchent à nouveau.
Direction la police, où à l’accueil je suis d’abord très mal reçue par une femme qui banalise les propos. « Mais ce n’est pas une agression, on ne peut pas porter plainte pour ça, vous savez ça arrive tous les jours ». Je pense que je devais vraiment avoir une tête dépitée parce qu’une autre femme à l’accueil m’a demandé de lui raconter ce qu’il m’était arrivé et elle a tout de suite pris les choses en main pour que je puisse être entendue pour un dépôt de plainte. S’en est suivi 1h30 d’attente et je peux vous dire qu’en 1h30 d’attente au commissariat on a le temps de bien réfléchir. J’ai failli partir en me disant que j’étais too much, que toute façon j’avais fais un doigt d’honneur donc que j’étais en tord et qu’après tout c’était ridicule de porter plainte pour des insultes et un coup de klaxon. Et puis j’ai repensé à des paroles, des actes et des tonnes de choses que je n’aurais pas du déjà vivre à 22 ans.
Voici une courte liste pour résumer:

– A l’âge de 12 ans, quand j’ai commencé à aller en cours toute seule en 6ème, j’ai commencé à me faire klaxonner tous les jours, une fois une voiture m’a suivi j’ai du courir jusqu’au RER pour être en « sécurité ».
– A 13 ans, une fois dans la rue un homme d’une cinquantaine d’années m’a plaqué contre le mur en me disant qu’il avait envie de « baiser une petite vierge ».
– A l’âge de 16 ans, j’allais en soirée avec deux copines et nous avons vu sous nos yeux une fille se faire enlever en voiture, voiture qui a été interceptée immédiatement par la police.
– A 20 ans, j’allais à mon stage à Cannes, il était 9h du matin et j’ai failli me faire embarquer dans une voiture en pleine rue bondée. Un homme est intervenu pour m’aider.
– Une copine à moi qui a refusé les avances d’un homme dans la rue en plein Paris s’est retrouvée avec un flingue sur la tempe.
Mais aussi…
– Je me promenais avec ma mère et nous nous sommes pris une bouteille de flotte balancée par une vitre parce qu' »on est en petites robes les chéries ont chaud c’est la canicule ».
– Parfois, dans le métro tu as la chance de faire la rencontre des frotteurs.
– Je reçois tous les jours des messages notamment sur Instagram d’hommes qui veulent faire connaissance et m’insultent ou insistent encore et encore quand je leur dis que ce n’est pas mon cas.
– Parce que je mets une jupe, je porte des talons, je fais des photos en maillots de bain ou en sous-vêtements, je suis provocante et je cherche les faveurs.
– Je manque de confiance en moi parce que je publie ma vie sur les réseaux sociaux.
– Je suis célibataire, c’est bizarre, ça cache forcément quelque chose, je suis donc soit une femme à hommes, soit une folle à lier, soit une féministe qui déteste les hommes ou encore une femme trop fière.
– Je devrais être contente d’avoir des « tes belle », « t’as un 06, « Sexyyy », »t’es bonne chérie », de me faire klaxonner parce que c’est flatteur et qu’il n’y a pas mort d’homme.
– Pour être une femme bonne à marier, il faudrait que je ne sois pas trop fêtarde mais sociable, pas trop sexuelle mais sexy, pas trop dominatrice mais avec du caractère, pas trop gentille mais pas méchante.
– Je n’ai pas le droit d’attendre quelqu’un dans la rue ou de m’assoir sur un banc dans la rue sans me faire aborder dans le quart d’heure qui suit.
– Je dois faire attention quand je rentre la nuit à ne pas mettre la musique trop fort, à regarder derrière moi, à rentrer en taxi pour éviter les mauvaises rencontres/
– J’ai d’ailleurs développé des stratégies imparables pour lutter contres les harceleurs, combo du bon gros jogging/ cagoule, mettre toujours ses écouteurs même sans musique pour avoir l’air occupée…

Ce ne sont peut-être que des banalités pour certains des faits en comparaison avec d’autres qui sont bien plus graves. Mais tout cela individualise ce phénomène dans notre société et partout en France notamment (peu importe les villes et les quartiers) qui favorise la culture du viol, l’acceptation du sexisme quotidien. Pour en avoir beaucoup discuté avec des femmes, nous avons toutes déjà vécues au moins une de ses situations. Pour preuve, 100% des femmes ont déjà été harcelées dans la rue. Et oui, il y a une différence entre de la drague (un consentement mutuel entre deux personnes, un jeu accepté par les deux partis) et un harcèlement qui est justifié d’être qualifié de tel dès lors qu’il n’est pas accepté par la femme ou l’homme. S’en suit une culpabilisation systématique des femmes qui se demandent si ce qui leur est arrivé n’est pas à cause de leur tenue, de leur attitude. Ces banales remarques qui sont même souvent prononcées par des proches: « Tu avais mis quoi comme tenue aussi? », « Tu étais dans quel quartier? », « C’est triste mais il n’y a rien à faire!; « Achète-toi une bombe lacrymo ».
Pour revenir à ma petite histoire, j’ai donc été admise pour mon dépôt de plainte et quand le policier m’a reçu, je me suis effondrée dans son bureau. Tout simplement parce qu’après avoir eu 1h30 pour tout ressassé, le sentiment d’injustice et encore pire d’impuissance à pris le dessus. A sa question « Mais pourquoi ils klaxonnaient? » je me suis surprise à répondre « Parce que je suis une femme ». Ce n’est pas un discours pour m’apitoyer sur mon sors ni pour me mettre dans une position de victime, simplement c’est LA REALITE. Bien sûr j’ai conscience que tous les hommes ne sont pas comme ça c’est évident et je trouve ça triste que certains doivent justifier que non, ils ne sont pas comme ça. Ce qu’il faut comprendre c’est que les enchaînements d’incivilités et de sexisme banalisés pour nous les femmes sont parfois un lourd fardeau à porter. Alors que je me sens confiante et bien dans ma peau, j’ai sans cesse l’impression que ce n’est pas un droit. On me reproche souvent d’être froide avec les hommes, d’être fière mais je suis simplement moi.

En vient, la question des solutions. Comment réprimander, être protégée par la loi et surtout être capable de se défendre ?

Finalement mon dépôt de plainte ne sera pas pris en compte, simplement une main courante car « il faudrait qu’il vous frappe et que vous ayez des marques visibles ». Pourtant, la loi puni normalement le harcèlement sexual, en pratique les sanctions sont très rarement appliquées. Je suis donc repartie, une fois de plus avec l’horrible conviction d’avoir perdu mon temps et d’avoir fais ça pour rien.

Je pense que c’est une vraie question qui devrait être à l’esprit de tout le monde et principalement de la part des politiques. Est-ce que les gens ont conscience de la gravité du problème dans un contexte de banalisation du phénomène?
Je vous propose de regarder ces vidéos qui m’ont vraiment fait prendre conscience que je n’étais pas un cas isolé et surtout qu’il fallait se bouger pour faire changer les choses, pour ma part j’ai donc décidé de soutenir et de faire partie de l’association STOP HARCELEMENT DE RUE. 

Si vous êtes arrivés jusqu’ici c’est certainement que le sujet vous parle, il est facile d’être pour l’égalité hommes/femmes mais encore faut-il agir au quotidien. J’espère que mon article n’a pas été trop moralisateur, je l’ai vraiment écris avec le coeur par rapport à mon ressenti et mon recul sur le sujet. Moi qui souhaite monter ma boîte dans un contexte entrepreneurial encore très masculin, le sexisme est un sujet qui me parle particulièrement. N’hésitez pas à me faire part du vôtre et je vous retrouve très vite sur un sujet un peu plus léger!

Le Discours d’Anaïs Bourdet, fondatrice de l’association « PAYE TA SHNEK »:

Une étude en caméra caché pour voir la réaction des passants témoins de harcèlement sexiste:

Dans la peau d’une femme dans la rue:

Et si on inversait les rôles?

Un reportage complet sur le sujet:

Suivre:

41 Commentaires

  1. 19 mai 2017 / 12 h 42 min

    Beh putain… :///
    Le pire c’est que tu as mal été reçue par… UNE FEMME !!! A qui ça aurait pu arriver aussi, peut-être que ça lui est d’ailleurs déjà arrivé qui sait… Bref, elle aurait pu te soutenir ! Elle aurait été la première à courir dans un commissariat si elle avait été à votre place !
    Bref ça me sidère ce manque d’empathie et de solidarité entre femmes.

  2. 19 mai 2017 / 12 h 43 min

    Malheureusement, le harcèlement en rue ne fait qu’augmenter j’ai l’impression.
    C’est pour ça que je ne fais jamais de photos en rue, excepté dans le jardin de mes parents. Je suis plutôt du genre sanguine aussi et du coup, ça risque de mal tourner. Mais c’est quand même malheureux de devoir se priver ou ne pas faire ce que l’on aurait envie pour des personnes irrespectueuses.

  3. 19 mai 2017 / 12 h 43 min

    Qu’est ce que je comprends ton indignation. On est en 2017, m’enfin. Et dans les rues de Paris en plus. Tu fais bien d’en parler car à force de soulever le sujet, il sera finalemet pris en compte un jour. Courage à toi.

    Des bisous

  4. 19 mai 2017 / 12 h 47 min

    C’est une chose qui me dégoute et qui m’énerve au plus haut point! Il ne m’est rien arrivé contrairement à toi mais je ne balade jamais sans bombe au poivre, on ne sait jamais :/
    Merci du partage de ces vidéos, je pense qu’elles doivent être vues par le maximum de femmes!

  5. 19 mai 2017 / 12 h 50 min

    Le harcèlement de rue, le sexisme ne sont pas une banalité. Tu as bien fais d’aller voir la police !
    C’est vrai qu’à Paris et banlieue, dans le métro, le rer, dans la rue, ce genre de personnes, il y en a pleins et qui comprennent pas le problème ! C’est triste
    Bon courage

  6. 19 mai 2017 / 12 h 54 min

    Oh je suis désolé et écœurée de ce qui t’es arrivée ! Je crois que malheureusement, on a toutes connus des situations similaires, plus ou moins grave. La dernière fois que ça m’est arrivé c’était dimanche matin, dans le tram. Un gamin (parce que oui il devait avoir à peine 18 ans, alors que j’approche du quart de siècle) est venu s’asseoir en face de moi. Il m’a demandé l’heure et a commencé à me parler. Rien de forcement méchant mais quand je lui ai dit que je n’étais pas intéressée, que je voulais être tranquille, ça ne l’a pas arrêté et il a continué d’essayer de me parler. J’ai changé de place pour qu’il me laisse tranquille. C’est grave hein ! A croire qu’une femme est forcement un objet sexuel. Si j’ai un garçon un jour et qu’il se comporte comme ça, je me suis promis de le castrer haha (bon en vrai, je suis pas sûre que ça soit bien légal ^^)

  7. 19 mai 2017 / 12 h 56 min

    c’est quand meme malheureux qu’en 2017 il faut avoir des marques pour qu’on nous écoute et pour que la police fasse quelque chose -_-

  8. 19 mai 2017 / 12 h 57 min

    Je trouve que c’est une bonne idée de parler de ce genre de chose. Oui ça me met hors de moi rien que de lire ces ligne (j’ai été également victime du harcèlement de rue) mais si ça peut soulever un problème de plus en plus récurent et surtout aider certaines personnes alors oui il faut en parler faire des articles, montrer sa colère !

    Des bisous

  9. 19 mai 2017 / 13 h 10 min

    Tu as tout à fait de dénoncer ce genre de choses qui sont notre quotidien… C’est un vrai problème et beaucoup se voile la face en disant que c’est insignifiant et que de toute manière c’est normal… Merci pour cet article poignant et totalement réel.

  10. 19 mai 2017 / 13 h 26 min

    Hello !

    Bravo, c’est courageux de dénoncer toutes ces choses que l’on subit au quotidien ! Je garde ton article en mémoire et n’hésiterai pas à le partager sur ma page Facebook !

    À bientôt,

    Estelle

  11. 19 mai 2017 / 14 h 36 min

    Le plus choquant c’est le policier qui dit « vous savez ça arrive tous les jours? » … JUSTEMENT. C’est scandaleux de dire ça comme si on parlait d’aller acheter sa baguette de pain. Ce genre d’histoire à tendance à me foutre hors de moi et je me sens terriblement désolée pour tous ce que tu as subi.

    J’espère que ça n’arrêtera pas tes shooting parce que tu dégages énormément de chose sur tes photos !

  12. 19 mai 2017 / 14 h 47 min

    Ton article reflète la triste réalité… Et malheureusement j’ai l’impression que plus le temps passe moins les choses vont s’améliorer… Je boss dans un milieu ou hommes femmes se respectent mais les visiteurs ne réagissent pas comme ça et j’ai déjà entendu lors de conflits « De toute façon voud n’êtes qu’une femme vous n’avez rien droit de me dire », ce visiteurs voulait rentrer dans une sallende spectacle alors qu’il était débuté. C’est choquant, révoltant mais pas reconnu comme un délit vu qu’il n’y a pas de marque physique, comme te la dit le preneur de ta plainte. Et ce n’est pas faute de faire des séances de sensibilisation.
    Pleins de bisous en tout cas

  13. 19 mai 2017 / 15 h 06 min

    Je sais pas quoi dire, il y a rien a dire, on le sait que c’est du harcèlement mais les personnes d’autorité, certains hommes et femmes (ceux qui te posent la question de ce que tu portais ou faisais) sont complices. Tant qu’il ne t’arrive rien, il y a pas mort d’homme, genre t’as de la chance qu’il ne te soit rien arrive.
    Tu as bien fait d’aller voir la police, c’est la chose a faire, ce n’est pas une perte de temps loin de la, tu as fait ton taff, s’il ne veulent pas faire le leur ce qui arrive est aussi de leur faute. Je n’ai pas de solution malheureusement car comme tu l’as dit cela arrive a 100% des femmes. L’impuissance a l’état pur… Courage

  14. 19 mai 2017 / 15 h 19 min

    Les vidéos m’ont données envie de pleurer ! C’est vraiment triste qu’au 21ème siècle, les femmes ne peuvent se promener librement sans être injuriées de la sorte. Je vis à la campagne, et oui je peux dire, que je n’ai absolument JAMAIS été confrontée à ce genre de comportement et j’avoue que je ne saurais comment réagir si ça m’arrivait. Tu as bien fait d’aller à la police, même si ça arrive tous les jours à Paris comme l’a dit la nana à l’accueil, cela n’empêche que ce n’est absolument pas normal et ça ne doit pas rester impuni.

  15. 19 mai 2017 / 15 h 49 min

    Je suis tellement désolée pour toi… Les mentalités doivent encore changer et heureusement qu’il y a des gens comme toi qui parlent de leurs expériences pour faire avancer le problème. Avant, je n’étais pas sensible à ce sujet (pas insensible non plus, mais plus préoccupée par d’autres causes) et à force, je prends conscience des choses.
    Bon courage

  16. 19 mai 2017 / 16 h 05 min

    L’été dernier j’ai fait l’erreur d’aller me balader toute seule en jupe, je ne voyais pas où était le mal, c’était une jupe normal pas courte quoi, bah plus jamais ! Ce fut une horreur, les réflexions, les regards, les t’es bonne et compagnie, je ne m’étais jamais sentie si mal.
    Je ne comprendrais jamais comment des types puissent traiter des femmes, filles, comme ça….

  17. 19 mai 2017 / 16 h 10 min

    Oh la la…c’est terrible! Tu as bien fait d’aller voir la police, il ne faut pas minimiser ce genre de choses, et ces insultes…qu’est-ce que je me serais sentie mal! Franchement, y’a de quoi être bouleversée! C’est vraiment incroyable qu’il y ait autant de harcèlement banalisé, je trouve ça dramatique! Ca ne m’arrive plus beaucoup (quand tu as un p’tit loulou agripé à toi, tout de suite, ça se calme!) Mais je me souviens une fois plus jeune, j’étais en boite, un mec m’avait suivie aux toilettes et m’avait enfermée avec lui… pour me faire une déclaration insensée! J’avais réussi à sortir mais il m’avait pas lâchée. J’étais seule et je voulais rentrer chez moi, mais il était trois heures du mat et ma voiture était sur le parking dehors et le mec me collait aux basques. Du coup, j’ai abordé un gars qui avait l’air gentil et je lui ai demandé de me raccompagner à ma voiture, ce qu’il a fait après avoir repoussé l’autre…Par la suite, j’ai plus jamais été la dernière des mes potes à rentrer de soirée…Enfin bref, je trouve ça tellement violent. J’espère que tu vas bien…bisou.

  18. 19 mai 2017 / 16 h 29 min

    Je suis toujours aussi choquée de la banalisation de ce genre de choses, c’est ouf … qu’on laisse ces espèces de grands singes avoir ce comportement c’est révoltant. Brrrr

  19. 19 mai 2017 / 16 h 53 min

    Coucou ma belle,
    Tu as raison de dénoncer ça car c’est horrible et ce n’est pas normal. Je crois qu’on se dit que c’est de notre faute trop souvent alors qu’on a bien le droit de se promener dans la rue quand on le veut et comme on le veut. Moi aussi j’ai connu des situations pas franchement top, mais j’ai la chance d’être en couple depuis un bon moment et donc rarement seule, et j’avoue que ça facilite grandement mes déplacements. Mais ce n’est pas normal, clairement, chacun devrait pouvoir être libre et pas harcelé.
    Tu as bien fait de te rendre au commissariat, c’est honteux de ne pas pouvoir agir davantage sur ce fléau et ce problème de société.
    Je t’envoie plein de bisous et de soutien, ton témoignage m’a pas mal remuée, je crois que ça a fait remonté quelques souvenirs, bisous <3

  20. Yonni
    19 mai 2017 / 17 h 33 min

    Ce sont ces types des réactions qui dénotent bien que certains humains (animaux) n’ont pas encore fini leur évolution.
    Se mettre à votre place, pour cela il faut déjà que ces c****rds sachent déjà la leur.
    Je suis vraiment outré et j’ai juste chose à dire, qui peut sembler facile pour moi, car je suis un homme, c’est d’être et de rester tel que t’es

  21. 19 mai 2017 / 18 h 46 min

    Je trouve cela vraiment bien de parler de ça sur ton blog. Cette violence verbale c’est banaliser et il faut se battre contre cela. J’ai la chance d’habiter en campagne et pourtant j’entend quand même certain commentaire et rien que pour cela, je redoute de me balader seule dans certaines villes..

    Des bisous

  22. LaLicorneBipolaire
    19 mai 2017 / 20 h 15 min

    je suis bien contente pour le coup d’habiter dans une petite ville où tout le monde se connait !! Il est temps que les choses changent… J aimerai bien savoir comment les hommes reagiraient si c’etait eux qui se faisaient harceler comme ca !

  23. 19 mai 2017 / 20 h 47 min

    Très bon article ma belle. Je tiens une liste de tout ce qui m’arrive et c’est effrayant… Encore tout à l’heure en basket, jogging et gros pull je me suis fait siffler.
    Je ne peux plus mettre mon rouge à lèvre rouge si je sais que je vais rentrer tard le soir, je ne peux plus mettre mon skinny avec un blouson court car mes fesses sont trop moulées, j’ai du mettre mon trench sur ma robe parce que j’avais peur qu’on mate mes fesses, pas de talons trop haut pour pouvoir courir… Les femmes doivent s’adapter car on ne veut pas nous aider et éduquer nos garçons. Les hommes ne comprennent pas. Ils disent que j’exagère. Et si un jour il nous arrive un truc de grave, la première question des flics sera « comment étiez vous habillée ». On est obligé de faire attention car personne ne nous protègera.
    Je suis contente de voir que des hommes t’on aidé notamment à Cannes.
    Toutes les fois où je me suis fait harceler, personne ne m’a jamais aidé.
    Il faut que les choses changent. Il faut éduquer les garçons.

  24. 19 mai 2017 / 20 h 48 min

    Je comprends totalement ton « coup de colère » et je trouve inadmissible que ce sexisme soit banalisé, limite « normalisé », je vis actuellement (en procédure judiciaire) un harcèlement moral et physique et c’est extrêmement difficile de se faire entendre… nous avons le droit d’être femmes sans être traitées de la sorte !

  25. 19 mai 2017 / 21 h 25 min

    Ta liste est impressionnante, mais le pire c’est que je suis sûre qu’on peut toute faire une liste aussi longue que la tienne… En France, en 2017.

    Personnellement, à 34 ans, je suis régulièrement harcelée dans la rue depuis mes années de collège, et j’ai subi une agression sexuelle à l’âge de 15 ans : un homme que j’ai croisé sur le trottoir a saisi ma main au passage et l’a plaquée sur son entrejambe. J’ai hurlé à pleins poumons et il s’est enfui en courant, ça n’a duré que 5 secondes mais depuis je ne sors jamais sans mon spray au poivre.

    Même si depuis quelques années, le harcèlement de rue est plus médiatisé et commence à être reconnu comme un véritable problème de société, le chemin est encore long – ce que prouve d’ailleurs la réaction de la première policière qui t’a reçue (les femmes qui réagissent ainsi me font toujours halluciner et me donne envie de les secouer pour leur remettre le cerveau en place).

    Personnellement, je ne fais pas de distinction entre drague et harcèlement de rue, je considère qu’un mec n’a pas à venir m’aborder sous prétexte qu’il me trouve charmante, même s’il le fait poliment, un point c’est tout. Pourquoi ? Parce que 1) je ne suis pas un bout de viande et je considère cela insultant qu’un homme que je ne connais pas se permette un jugement sur mon physique, qu’il soit positif ou négatif 2) je me balade dans la rue pour aller d’un point A à un point B, pas pour me faire draguer, la rue n’est pas faite pour cela.

    Courage les filles ! On finira par la mater, cette saleté de société patriarcale 🙂

  26. 20 mai 2017 / 7 h 09 min

    Un bel article dans lequel beaucoup de femmes se reconnaitrons. Merci de dénoncer ces pratiques honteuses !

  27. 20 mai 2017 / 8 h 42 min

    Je comprend ton indignation et la partage. Ton article est très bien écrit, j’ai adoré le lire! Je vais continuer de parcourir ton blog!

    Gros bisous

    Vic

  28. 20 mai 2017 / 8 h 49 min

    Ton témoignage est vraiment poignant, je ne m’attendais pas à lire un article de ce genre mais cela fait du bien de voir que toi aussi tu t’indignes envers ces comportements et que tu es révoltée par cela. De temps en temps j’essaie d’en parler à mon copain, de lui faire comprendre que ce n’est pas toujours simple mais il n’y a que lorsque je suis confrontée à une situation comme celle là lorsqu’il est présent qu’il prend vraiment conscience des choses je crois …

    Bonne journée à toi <3

  29. 20 mai 2017 / 9 h 29 min

    C’est en partant vivre à Madrid que je me suis rendue compte que le harcèlement de rue pourrissait vraiment la vie! J’habitais dans le 10e avant entre Gare du Nord, et Gare de l’Est, et autant dire que j’avais mon lot de remarques quotidiennes, plus ou moins violente dans les paroles. Maintenant que je vis ici je peux sans problème me promener à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, habillé comme bon me semble, sans que personne ne vienne me faire la moindre réfléxion, et ça fait un bien fou! Je viens d’ailleurs de lancer mon blog il y a maintenant un mois, et je peux me permettre de faire des photos dans la rue, certains curieux regardent un peu mais ce n’est jamais méchant, jamais la moindre réflexion graveleuse, je revis ici!
    Des bisous ma belle, et force à toi!
    Marion
    http://www.modearte.fr

  30. 20 mai 2017 / 10 h 57 min

    Et je crois que ça ne va pas en s’arrangeant… c’est bien pour ça que maintenant il y a autant de stage de self defense. C’est bien dommage d’en arriver là. Quoi qu’il en soit, c’est grâce à des article comme ça qu’on sensibilise, bravo à toi !

  31. 20 mai 2017 / 11 h 23 min

    Beau témoignage mais qui fait peur à lire .. Tout ça n’est pas normal, après on s’étonne que les femmes ont parfois peur de sortir seule dans la rue.. Merci pour ce partage !

  32. 20 mai 2017 / 12 h 07 min

    Ton article n’est malheureusement que trop vrai. Il m’est arrivé tellement de fois de me faire insulter ou interpeller dans la rue comme un animal, de me faire traiter de pute parce que je portais une jupe en février… Il y a tant d’histoires à raconter et quand on essaie, les gens répondent l’air de dire « ça va on a compris que tu te faisais draguer », des réponses idiotes souvent données par des femmes d’ailleurs. Les gens ne comprennent pas que non, ce n’est pas de la drague, c’est humiliant, ça heurte notre sexe, notre condition féminine, j’irai même jusqu’à dire que certaines remarques, certaines insultes, nous ôtent le statut d’être humain pour nous réduire au rang d’objet, à la disposition de ces agresseurs.
    Je remarque comme tu décris ta tenue en début d’article : pas de talons, pas de décolleté. Et quand bien même tu en aurais eu ? Une femme en talons et décolleté n’est pas plus provocante qu’une femme en jean baskets, tu n’as pas à te justifier de ce que tu portais, ta tenue ne te rendra jamais coupable des remarques que tu reçois (je pense à cette expérience http://www.lesinrocks.com/2016/04/news/cette-tenue-sexy-merite-t-viol-lexperience-choc-detudiantes-rue/ où des étudiantes habillées plus ou moins légèrement invitaient les passants à coller un post-it sur elles si elles méritaient de se faire violer à cause de leur tenue). Ce sont ces types qui n’ont aucun respect qui sont coupables, point.
    Bon courage, et désolée pour ce commentaire fleuve. J’ai le même âge que toi et ton texte soulève trop de vérités, et c’est écœurant de voir que l’on ne peut même pas mettre la justice de notre côté, comme ces situations sont banalisées et minimisées, et comme les filles très jeunes y sont confrontées…

  33. 20 mai 2017 / 12 h 27 min

    C’est triste : plus ce phénomène se démocratise plus il se banalise.
    C’est encore plus triste : certaines femmes favorisent cette banalisation (je ne compte plus le nombre de fois où je me suis dégoutée d’avoir pensé que c’est parce que « la coupine avait mis trop de makeup ou une mini-jupe » que cela lui était arrivé)
    Tu n’es pas un cas isolé donc il vaut vraiment qu’on se décide toutes à agir. Le premier combat est de faire évoluer les mentalutés (surtout chez les femmes).

    Force à nous

  34. Dima
    20 mai 2017 / 17 h 53 min

    c’est triste merci pour cet article qui reflete la vrai realité 🙂 bravo

  35. 20 mai 2017 / 18 h 26 min

    Ton article écrit avec le cœur est particulièrement intéressant. Chaque phrase isolée peut paraître une banalité, mais cumulées, le propos est très percutant. C’est typiquement le problème du harcèlement. Si un seul acte est déjà inadmissible, chaque protagoniste se croit toujours le seul à faire cette remarque. Non ces actes ne sont pas isolées. Non ce ne sont pas des simples remarques, car les cicatrices sur les victimes peuvent être indélébiles. c’est très important comme tu le fais de témoigner mais aussi de ne jamais minimiser …

  36. 20 mai 2017 / 19 h 07 min

    Ton article m’a beaucoup touché. J’ai la chance de ne pas avoir subi ce harcèlement, j’habite à la campagne. Je te rejoins totalement sur tous tes propos. Malheureusement, le phénomène est présent et ne cesse d’augmenter. La prévention existe mais est-elle trop légère ? Je pense que cela doit être dirigé par l’État et que les plaintes comme les tiennes doivent réellement être prise en compte. Je ne peux pas comprendre ce que tu vis mais je peux essayer d’imaginer et ce n’est pas agréable. Je connais certaines des vidéos et je trouve cela vraiment choquante. Nous sommes au XXIe siècle et bien que le technologie et le reste se développe grandement, certaines comportements restent inchangés et c’est désolant. Merci pour cet article qui devrait être lu par tous !
    Courage, reste forte

    http://lemondestunlivre.blogspot.fr/

  37. 21 mai 2017 / 19 h 25 min

    Eh bien quelle histoire c’est juste horrible comment les hommes peuvent traiter les femmes de nos jours 🙁
    tellement de choses, de mots et d’actes qui pourrait être éliminé facilement..

  38. 21 mai 2017 / 20 h 10 min

    très bel article, qui ne peut qu’interpeller et pour lequel je suis en profond accord.
    c’est honteux que des hommes puissent avoir ce type de comportement en toute impunité, mais tout aussi honteux que la société ait banalisé ce comportement, au point de ne pas être entendue lors d’un dépôt de plainte.
    Je me suis beaucoup retrouvée dans ton article

  39. 22 mai 2017 / 21 h 19 min

    Je te soutiens totalement dans ta démarche!! Il faut continuer à dénoncer, encore et encore, ce n’est pas parce-que c’est courant que c’est normal. Je suis scandalisée par ce genre de comportement de petits mecs qui se sente obligés de montrer qu’ils sont virils (ou limités!).
    Vive les femmes, vive leur liberté!!
    Il faut continuer à la défendre.

    des bises d’encouragement

    http://www.pastropcintree.com

  40. 1 août 2017 / 7 h 05 min

    Beh putain… :///
    Le pire c’est que tu as mal été reçue par… UNE FEMME !!! A qui ça aurait pu arriver aussi, peut-être que ça lui est d’ailleurs déjà arrivé qui sait… Bref, elle aurait pu te soutenir ! Elle aurait été la première à courir dans un commissariat si elle avait été à votre place !
    Bref ça me sidère ce manque d’empathie et de solidarité entre femmes.
    http://www.suzhoudress.com/t/homecoming-dresses-82.html

  41. 4 novembre 2017 / 17 h 40 min

    Je me suis déjà faite agresser sexuellement par mon ex donc je comprends parfaitement ta situation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *